Jisei Taichi - Maître Kenji Tokitsu

Aller au contenu

Menu principal :

Jisei Taichi

Disciplines
Jisei-taichi



Gestes lents, mouvements souples et exécution harmonieuse pour améliorer la rapidité et la force. Séquences techniques, qui activent en profondeur chaque partie du corps, développant une synchronie et un dynamisme physique qui génèrent, quel que soit l'âge, l'énergie vitale qui est la base concrète du bien-être.

Le Jisei-taichi chuan est une redéfinition du taichi de Synthèse prenant en compte le renforcement de la santé et la recherche du bien-être. Les séquences techniques ont été réélaborées pour garantir un accroissement énergétique continu et pour enrichir graduellement le registre gestuel du corps. De ce fait, le Jisei taichi chuan peut être considéré comme le pendant dynamique de la pratique du jisei-kiko. Analysé du point de vue technique, le Jisei-taichi chuan a beaucoup de points en commun avec le taichi de combat. En effet, même si les applications et les définitions sont différentes, la forme du taichi, le taichi chuan reste la même, puisque tous les gestes sont issus des techniques de combat. Ainsi, la connaissance de la signification martiale et de l'application au combat de chaque technique permet à ceux qui pratiquent le taichi chuan pour la seule quête du bien-être d'entrer complètement dans le mouvement, d'assimiler sa logique et de le pratiquer de façon toujours meilleure.

Le système de pensée du taichi est très ancien en Chine: le taichi est l'intégration dynamique de deux éléments opposés, le yin et le yang, et se trouve à l'origine de tous les phénomènes de l'univers. taichi chuan signifie littéralement “art du combat selon le principe du taichi” (principe du yin et du yang dans un sens non mystique). Alors que la philosophie du taichi est très ancienne, le taichi chuan est une école relativement récente. En effet, sa naissance officielle remonte à 1870. Il en existe actuellement un grand nombre d'écoles et de styles.

La pratique du taichi doit toujours être associée à une visualisation mentale de ce que l'on fait, visualisation qui produit des sensations corporelles concrètes. Par exemple, si vous bougez lentement les mains en imaginant les avoir plongées dans l'eau, vous pouvez, petit à petit, percevoir une résistance concrète, comme si elles étaient réellement immergées dans l'eau. Il est essentiel dans l'exécution du taichi de développer ce genre de sensation car cela permet d'aiguiser le système nerveux, qui dirige nos actions. Par cette pratique, la lenteur et l'harmonie des gestes développent la force et la rapidité. En outre, cette façon de s'exercer au taichi rend concrète la sensation que tous les mouvements naissent à l'intérieur du corps. Cela rend agréables et bénéfiques les exercices qui par la suite apportent santé et bien-être.

Le Jisei-taichi chuan est composé de 3 parties, dont chacune est elle-même divisée en deux sous-parties. Ces six sections sont composées dans leur ensemble par la séquence de 320 mouvements et postures techniques. Puisque différents mouvements et postures se répètent - chacune desquelles représente une ou plusieurs techniques de combat - on peut identifier 93 postures spécifiques dans l'exécution du kata.

Pour pratiquer efficacement et correctement le Jisei-taichi, il est nécessaire d'apprendre par coeur ces 93 postures. Parallèlement, il est possible de s'entraîner au kiko au niveau du shoshuten (qui précède le niveau du daishuten). En effet, dans la pratique du kiko à ce niveau les mouvements sont proches de ceux du taichi. Ainsi on peut travailler de façon spécifique sur l'aspect énergétique de façon agréable et efficace.



 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu